Fiche projet

Dé-chiffrons les migrations

S'outiller pour lutter contre les préjugés

Dans un contexte géopolitique mondial qui ne cesse de stigmatiser les populations les plus vulnérables, les personnes immigrées sont particulièrement exposées aux préjugés et sont encore trop souvent victimes de discriminations reposant sur ces idées reçues.

Pour lutter contre les persistances et la croissance de ces préjugés, agir en direction des jeunes générations permet de poser les bases d'une société tolérante et solidaire. Les jeunes ont besoin d’informations contextualisées et de repères sur les enjeux de l’immigration. De cela dépend leur capacité à comprendre les phénomènes migratoires et à agir en tant que citoyen-ne-s éclairé-e-s.

A travers le projet « DÉ-chiffrons les migrations », nous proposons aux professionnel-le-s et bénévoles du secteur associatif des outils leur permettant d’organiser des temps d’échange et de discussion en direction des jeunes et de mettre en place des actions de sensibilisation sur ces questions avec eux.

Fiche projet

SAARA

Partager nos savoirs, renforcer nos actions

Depuis les années 90, les associations algériennes se sont fortement mobilisées autour des enjeux d’accès aux droits des plus démuni.e.s, notamment dans le domaine de la santé du social. Chemin faisant, elles ont acquis un vrai savoir-faire et une réelle légitimité auprès des populations et des autorités locales.

Pour autant, les associations sont encore très peu associées à l’élaboration des politiques de développement local et peinent à valoriser et inscrire leurs actions dans la durée.

Le projet SAARA vise ainsi à promouvoir le rôle des associations algériennes et à favoriser leur intégration dans des dynamiques de concertations locales.

Partenaires et financeurs

      

Fiche projet

E’Changeons

Coopérer autrement pour lutter contre les inégalités

Souvent très militantes, de nombreuses organisations franciliennes engagées en faveur de l’égalité femmes-hommes accompagnent au quotidien la mise en œuvre d’actions dont les effets contribuent efficacement à la réduction des inégalités. Par manque de ressources (financiers, humains, etc.), elles peinent pourtant à valoriser leurs actions, car elles ne disposent pas d’outils pour mesurer leurs impacts et les changements qu’elles initient.

Depuis une dizaine d’années, nous contribuons au renforcement des capacités de nos partenaires de la rive Sud de la Méditerranée dans le domaine de l’insertion socio-économique des femmes et/ou de l’égalité professionnelle. Enrichis de ces expériences à leurs côtés, nous avons développé une expertise en matière de suivi-évaluation. Dans le cadre du projet E’Changeons nous mettons ainsi ces outils et méthodes d’analyse au service des acteurs et actrices franciliennes qui œuvrent pour la promotion de l’égalité.

Par ailleurs, E’Changeons met en avant la réciprocité établie entre nos partenaires méditerranéens et ces organisations franciliennes. En effet, ces derniers travaillent conjointement à l’élaboration d’un argumentaire, établi sur la base de leurs expériences de terrain respectives, visant à déconstruire les stéréotypes liés au genre.

Ressources

Partenaires et financeurs

Fiche projet

FORM’Algérie

Renforcer les compétences des associations algériennes

Pendant la décennie noire qu’a connue l’Algérie (années 90), le mouvement associatif était très fragilisé. Depuis maintenant une dizaine d’années, les associations font de nouveau entendre leur voix et beaucoup d’autres se sont créées dans le champ de l’action sociale. L’urgence du terrain rend leurs actions indispensables, mais souvent peu viables puisqu’elles dépendent de la mobilisation des bénévoles et d’autres ressources nécessaires à leur ancrage.

Dans le cadre de FORM’Algérie, nous proposons des formations destinées aux organisations de la société civile. Durant la première phase du projet, un pool de jeunes cadres associatifs a acquis les bases du métier de formateurs. Ils sont aujourd’hui capables de renforcer à leur tour d’autres associations sur leur territoire respectif (Adrar, Alger, Akbou, Constantine, El Oued et Oran).

Terminé en février 2016, le projet se poursuit aujourd’hui à travers le programme SAARA qui s’appuie sur les savoirs et les expériences de FORM’Algérie.

Ressources

Partenaires et financeurs

INNOV'Asso

Encourager les jeunes vers les métiers du secteur associatif

En Algérie, les 18-35 ans, qui représentent 70% de la population, sont nettement plus frappés par le chômage que leurs aînés. Près d’un.e jeune sur quatre n’a pas d’emploi alors que le taux de chômage, ramené à l’ensemble de la population active, est de 10%. La précarité et l’économie informelle s’enracinent tandis que le potentiel pour l’insertion professionnelle que représente le secteur associatif reste méconnu ou sous-estimé par les jeunes algérien.ne.s.

Travailler au sein d’une association requiert pourtant de nombreuses compétences (gestion administrative et financière, coordination de projets, animation et médiation socio-éducative…) qu’il est possible d’exprimer dans des secteurs très variés comme les énergies renouvelables, la formation professionnelle, le numérique, le tourisme, les sports et loisirs ou encore la santé. Ciblés par le gouvernement Algérien comme des secteurs prioritaires pour l’emploi, ces domaines sont justement ceux dans lesquels s’illustrent de nombreuses associations algériennes.

En partenariat avec le GRDR et deux organisations locales, nous travaillons depuis 2016 au soutien à des initiatives locales à Oran et Khenchela, ainsi qu’à l’élaboration d’un référentiel des métiers associatifs et d’un répertoire des associations. Cette démarche a pour objectif de clarifier les débouchés professionnels que propose le tissu associatif et d’en valoriser les métiers auprès des jeunes et des acteurs de l'emploi algériens.

Partenaires et financeurs

Partenariat pédagogique Hai Ba Trung (2003-2005)

Former les jeunes pour une meilleure insertion

Le centre de formation professionnelle public de Hai Ba Trung à Hanoï a ouvert en 1984 avec quatre sections d’enseignement, dont une consacrée à l’apprentissage de la cuisine. Environ 700 élèves en formation initiale et continue s’y inscrivent chaque année. Dans le cadre de l’accord de coopération décentralisée signé avec le Comité Populaire de Hanoï, la Région Ile-de-France a participé à la reconstruction de l’établissement en 2002.

Dans ce contexte, nous avons réalisé en 2003 un diagnostic afin de cibler les besoins de la section formation en cuisine et services et de les confronter à ceux du marché local. L’idée était de rendre cette section plus performante et favoriser ainsi une meilleure insertion professionnelle des élèves. Pour ce faire, des échanges avec le CEFAA Industrie Hôtelière de Villepinte en France ont été mis en place, notamment au travers d’une mission d’études de la Direction de Hai Ba Trung à Paris en janvier 2005.

Ecole Nicolas Hulot (2006-2007)

Favoriser l’insertion des jeunes dans l’éco-habitat

Ouverte en 2004 dans le Morbihan, l’Ecole Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme avait la volonté de devenir en France un pôle de compétences « Développement durable ». Avec le soutien de la Fondation de France, elle a souhaité élargir son offre de formations et développer un centre de ressources.

Afin de définir les grandes caractéristiques d’une nouvelle offre de formation, nous avons mené une étude dans le cadre de laquelle plusieurs secteurs ont été envisagées : agri-environnement, aménagement paysager, gestion de l’eau et des déchets, énergie, conseil en développement durable, etc.

Après de nombreuses rencontres avec des professionnel.le.s issu.e.s de ces différents milieux, il a été décidé de créer une licence professionnelle dans le domaine de l’écoconstruction et des éco-matériaux, avec l’Université de Bretagne Sud (partenaire de l’Ecole Nicolas Hulot). L’originalité de cette licence professionnelle réside sur des partenariats étroits entre universités, autres établissements de formation, entreprises et branches professionnelles.

AMO de Lyon (2007-2009)

Restaurer le patrimoine algérien

En tant que mandataire d’un contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour la coopération décentralisée du Grand Lyon, nous avons piloté des travaux portant sur :

- le bilan des actions internationales conduites par la Direction de l’Eau du Grand Lyon et la définition des perspectives de développement de ces actions.

- le diagnostic préalable à la conclusion d’une nouvelle convention entre la Direction de l’Eau du Grand Lyon et l’Etablissement des Eaux du Liban Nord (2008).

- la mise en place d’un centre de formation aux techniques de restauration du bâti ancien algérien (2005-2008), en collaboration avec la Direction des Relations Internationales du Grand Lyon.

Appui à la création d’activités à Figuig – Maroc (2002-2007)

Soutenir les porteur.se.s de projets économiques

Suite à la fermeture de la frontière avec l’Algérie à la fin des années 1970, la ville de Figuig, jusqu’alors véritable carrefour commercial, connaissait depuis une grave crise économique. Faute d’opportunités professionnelles, les jeunes partaient pour les grandes villes marocaines, voire même à l’étranger, notamment en Seine-Saint-Denis (France).

Afin d’enrayer ce processus, il était nécessaire de développer le potentiel économique local. Nous avons réalisé un diagnostic des besoins des porteur.se.s de projet en 2003, à partir duquel un dispositif d’appui à la création d’activités a été créé. Ce dernier s’inscrivait dans le cadre d’une convention de coopération entre le Conseil Général de Seine-Saint-Denis et la Mairie de Figuig.

Nous avons ensuite conçu l’architecture du dispositif d’appui, dont la première phase a été mise en œuvre par l’AJED (Association des Jeunes Entrepreneurs pour le Développement) basée à Oujda. Dans la perspective d’une pérennisation de ce dispositif, nous avons finalement conduit une évaluation de cette expérience en 2006.

Renforcement des services d'Enda interarabe – Tunisie (2004-2005)

Pérenniser l'activité des micro-entrepreneuses méditerranéennes

Basée en Tunisie, Enda interarabe est une institution de microfinance qui permet à des personnes très pauvres, majoritairement des femmes, d’accéder à des microcrédits. Cela leur facilite le lancement d’activités productives ou génératrices de revenus, tout en leur proposant un ensemble de services non-financiers ou d’appui technique.

Initié en 2004, notre partenariat avec Enda interarabe consistait à renforcer l’offre de services non-financiers (formations, conseils…) proposés aux micro-entrepreneuses, afin qu’elles puissent faire prospérer leur activité et la faire perdurer.

Suite à ce travail, nous avons décidé de poursuivre notre démarche auprès des femmes via la création en 2005 d’un dispositif régional de renforcement des capacités des micro-entrepreneuses : FEM - Femmes Entrepreneuses en Méditerranée.

(Voir le projet "Programme d'émancipation des femmes en Méditerranée")

Textile et RSE/OSC (2011-2013)

Promouvoir la RSE à travers le textile au Vietnam

Le projet Textile et RSE/OSC a vu le jour en 2011, suite aux actions que nous menons avec nos partenaires vietnamiens dans le secteur du textile (Forum éthique et économique/Mode : échanges et partenariats).

Le projet visait à mettre en place et à former un réseau d’Organisations de la Société Civile vietnamienne (OSC) mobilisées autour de la promotion des enjeux de la RSE au Vietnam, grâce à un partenariat étroit avec Center for Development and Integration. Ce premier volet couvrait les performances sociales et environnementales attendues des entreprises.

Des formations techniques en stylisme/modélisme ont été mises en place auprès d’universités et d’entreprises afin de contribuer au renforcement des compétences des stylistes vietnamien.ne.s.

For a Green Ha Long Bay (2011-2012)

Préserver et optimiser les ressources naturelles de la baie d'Ha Long

La baie d’Ha Long, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est l’un des principaux sites touristiques du Vietnam. Victime de son attractivité, la baie d’Ha Long souffre aujourd’hui des conséquences du tourisme (2,1 millions de visiteurs par an), des effets des activités économiques, de l’urbanisation et de la pollution des entreprises minières aux alentours. La population locale pâtit également de ses conséquences, mais participe aussi à sa détérioration via la pratique d’une pêche intensive. L’ensemble de ces nuisances détruit les fonds marins et menace l’équilibre écologique de la zone.

Initié par l’entreprise Indochina Junk en 2011, le projet "For a Green Ha Long Bay" avait pour objectif de contribuer à la préservation de la célèbre baie d’Ha Long, tout en aidant les pêcheurs locaux à mieux utiliser les ressources pour satisfaire leurs besoins.

C’est dans le cadre de notre partenariat avec l’agence de tourisme Easia Travel que nous avons été mobilisé sur ce projet, via des actions de sensibilisation sur la préservation de l’environnement et des actions d’éducation au développement. Des moyens de le préserver leur ont également été présentés pour tenter de minimiser les impacts de l’activité humaine.

Organisation d’un forum éthique et économique au Vietnam (2010)

Célébrer et partager les savoir-faire

Dans le cadre des festivités du millénaire de Hanoï, la Région Ile-de-France et le Comité Populaire de Hanoï ont célébré les 20 ans de leur coopération par l’organisation conjointe d’une semaine d’échanges et de rencontres en novembre 2010. Cette semaine s’articulait autour du partage des savoir-faire de chaque territoire : les acteurs et actrices francilien.ne.s et vietnamien.ne.s de la mode et du textile y étaient tout particulièrement à l’honneur.

Nous avons organisé le Forum Ethique et Economique comme un espace de valorisation, de débats et de rencontres entre entreprises vietnamiennes et franciliennes travaillant autour du textile et de la mode. Plus de 80 personnes y ont assisté : élu.e.s et représentant.e.s de la Région Ile-de-France et du Comité Populaire de Hanoï, acteurs et actrices institutionnel.le.s dont le Pôle emploi international, ONG mobilisées autour des enjeux RSE, centres de formation…

Partenariat pédagogique Hai Ba Trung (2003-2005)

Former les jeunes pour une meilleure insertion

Le centre de formation professionnelle public de Hai Ba Trung à Hanoï a ouvert en 1984 avec quatre sections d’enseignement, dont une consacrée à l’apprentissage de la cuisine. Environ 700 élèves en formation initiale et continue s’y inscrivent chaque année. Dans le cadre de l’accord de coopération décentralisée signé avec le Comité Populaire de Hanoï, la Région Ile-de-France a participé à la reconstruction de l’établissement en 2002.

Dans ce contexte, nous avons réalisé en 2003 un diagnostic afin de cibler les besoins de la section formation en cuisine et services et de les confronter à ceux du marché local. L’idée était de rendre cette section plus performante et favoriser ainsi une meilleure insertion professionnelle des élèves. Pour ce faire, des échanges avec le CEFAA Industrie Hôtelière de Villepinte en France ont été mis en place, notamment au travers d’une mission d’études de la Direction de Hai Ba Trung à Paris en janvier 2005.

Partenaires et financeurs

Ecole Nicolas Hulot (2006-2007)

Favoriser l’insertion des jeunes dans l’éco-habitat

Ouverte en 2004 dans le Morbihan, l’Ecole Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme avait la volonté de devenir en France un pôle de compétences « Développement durable ». Avec le soutien de la Fondation de France, elle a souhaité élargir son offre de formations et développer un centre de ressources.

Afin de définir les grandes caractéristiques d’une nouvelle offre de formation, nous avons mené une étude dans le cadre de laquelle plusieurs secteurs ont été envisagées : agri-environnement, aménagement paysager, gestion de l’eau et des déchets, énergie, conseil en développement durable, etc.

Après de nombreuses rencontres avec des professionnel.le.s issu.e.s de ces différents milieux, il a été décidé de créer une licence professionnelle dans le domaine de l’écoconstruction et des éco-matériaux, avec l’Université de Bretagne Sud (partenaire de l’Ecole Nicolas Hulot). L’originalité de cette licence professionnelle réside sur des partenariats étroits entre universités, autres établissements de formation, entreprises et branches professionnelles.

Partenaires et financeurs

AMO de Lyon (2007-2009)

Restaurer le patrimoine algérien

En tant que mandataire d’un contrat d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour la coopération décentralisée du Grand Lyon, nous avons piloté des travaux portant sur :

- le bilan des actions internationales conduites par la Direction de l’Eau du Grand Lyon et la définition des perspectives de développement de ces actions.

- le diagnostic préalable à la conclusion d’une nouvelle convention entre la Direction de l’Eau du Grand Lyon et l’Etablissement des Eaux du Liban Nord (2008).

- la mise en place d’un centre de formation aux techniques de restauration du bâti ancien algérien (2005-2008), en collaboration avec la Direction des Relations Internationales du Grand Lyon.

Partenaires et financeurs

Appui à la création d’activités à Figuig – Maroc (2002-2007)

Soutenir les porteur.se.s de projets économiques

Suite à la fermeture de la frontière avec l’Algérie à la fin des années 1970, la ville de Figuig, jusqu’alors véritable carrefour commercial, connaissait depuis une grave crise économique. Faute d’opportunités professionnelles, les jeunes partaient pour les grandes villes marocaines, voire même à l’étranger, notamment en Seine-Saint-Denis (France).

Afin d’enrayer ce processus, il était nécessaire de développer le potentiel économique local. Nous avons réalisé un diagnostic des besoins des porteur.se.s de projet en 2003, à partir duquel un dispositif d’appui à la création d’activités a été créé. Ce dernier s’inscrivait dans le cadre d’une convention de coopération entre le Conseil Général de Seine-Saint-Denis et la Mairie de Figuig.

Nous avons ensuite conçu l’architecture du dispositif d’appui, dont la première phase a été mise en œuvre par l’AJED (Association des Jeunes Entrepreneurs pour le Développement) basée à Oujda. Dans la perspective d’une pérennisation de ce dispositif, nous avons finalement conduit une évaluation de cette expérience en 2006.

Partenaires et financeurs

Renforcement des services d'Enda interarabe – Tunisie (2004-2005)

Pérenniser l'activité des micro-entrepreneuses méditerranéennes

Basée en Tunisie, Enda interarabe est une institution de microfinance qui permet à des personnes très pauvres, majoritairement des femmes, d’accéder à des microcrédits. Cela leur facilite le lancement d’activités productives ou génératrices de revenus, tout en leur proposant un ensemble de services non-financiers ou d’appui technique.

Initié en 2004, notre partenariat avec Enda interarabe consistait à renforcer l’offre de services non-financiers (formations, conseils…) proposés aux micro-entrepreneuses, afin qu’elles puissent faire prospérer leur activité et la faire perdurer.

Suite à ce travail, nous avons décidé de poursuivre notre démarche auprès des femmes via la création en 2005 d’un dispositif régional de renforcement des capacités des micro-entrepreneuses : FEM - Femmes Entrepreneuses en Méditerranée.

(Voir le projet "Programme d'émancipation des femmes en Méditerranée")

Partenaires et financeurs

Textile et RSE/OSC (2011-2013)

Promouvoir la RSE à travers le textile au Vietnam

Le projet Textile et RSE/OSC a vu le jour en 2011, suite aux actions que nous menons avec nos partenaires vietnamiens dans le secteur du textile (Forum éthique et économique/Mode : échanges et partenariats).

Le projet visait à mettre en place et à former un réseau d’Organisations de la Société Civile vietnamienne (OSC) mobilisées autour de la promotion des enjeux de la RSE au Vietnam, grâce à un partenariat étroit avec Center for Development and Integration. Ce premier volet couvrait les performances sociales et environnementales attendues des entreprises.

Des formations techniques en stylisme/modélisme ont été mises en place auprès d’universités et d’entreprises afin de contribuer au renforcement des compétences des stylistes vietnamien.ne.s.

Ressources

Partenaires et financeurs

For a Green Ha Long Bay (2011-2012)

Préserver et optimiser les ressources naturelles de la baie d'Ha Long

La baie d’Ha Long, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est l’un des principaux sites touristiques du Vietnam. Victime de son attractivité, la baie d’Ha Long souffre aujourd’hui des conséquences du tourisme (2,1 millions de visiteurs par an), des effets des activités économiques, de l’urbanisation et de la pollution des entreprises minières aux alentours. La population locale pâtit également de ses conséquences, mais participe aussi à sa détérioration via la pratique d’une pêche intensive. L’ensemble de ces nuisances détruit les fonds marins et menace l’équilibre écologique de la zone.

Initié par l’entreprise Indochina Junk en 2011, le projet "For a Green Ha Long Bay" avait pour objectif de contribuer à la préservation de la célèbre baie d’Ha Long, tout en aidant les pêcheurs locaux à mieux utiliser les ressources pour satisfaire leurs besoins.

C’est dans le cadre de notre partenariat avec l’agence de tourisme Easia Travel que nous avons été mobilisé sur ce projet, via des actions de sensibilisation sur la préservation de l’environnement et des actions d’éducation au développement. Des moyens de le préserver leur ont également été présentés pour tenter de minimiser les impacts de l’activité humaine.

Partenaires et financeurs

Organisation d’un forum éthique et économique au Vietnam (2010)

Célébrer et partager les savoir-faire

Dans le cadre des festivités du millénaire de Hanoï, la Région Ile-de-France et le Comité Populaire de Hanoï ont célébré les 20 ans de leur coopération par l’organisation conjointe d’une semaine d’échanges et de rencontres en novembre 2010. Cette semaine s’articulait autour du partage des savoir-faire de chaque territoire : les acteurs et actrices francilien.ne.s et vietnamien.ne.s de la mode et du textile y étaient tout particulièrement à l’honneur.

Nous avons organisé le Forum Ethique et Economique comme un espace de valorisation, de débats et de rencontres entre entreprises vietnamiennes et franciliennes travaillant autour du textile et de la mode. Plus de 80 personnes y ont assisté : élu.e.s et représentant.e.s de la Région Ile-de-France et du Comité Populaire de Hanoï, acteurs et actrices institutionnel.le.s dont le Pôle emploi international, ONG mobilisées autour des enjeux RSE, centres de formation…

Partenaires et financeurs