Fiche projet

SAARA

Partager nos savoirs, renforcer nos actions

Depuis les années 90, les associations algériennes se sont fortement mobilisées autour des enjeux d’accès aux droits des plus démuni.e.s, notamment dans le domaine de la santé du social. Chemin faisant, elles ont acquis un vrai savoir-faire et une réelle légitimité auprès des populations et des autorités locales.

Pour autant, les associations sont encore très peu associées à l’élaboration des politiques de développement local et peinent à valoriser et inscrire leurs actions dans la durée.

Le projet SAARA vise ainsi à promouvoir le rôle des associations algériennes et à favoriser leur intégration dans des dynamiques de concertations locales.

Partenaires et financeurs

      

Fiche projet

COOPAEM

Entreprendre collectivement pour réussir en Méditerranée

De par le monde, les inégalités économiques entre les femmes et les hommes sont encore très marquées. Plusieurs études démontrent pourtant l’importance du statut et du rôle que les femmes ont à jouer pour permettre le développement d’une société égalitaire et inclusive.

Engagés depuis plus de 10 ans auprès de nos partenaires méditerranéens (Tunisie, Maroc et Egypte), nous les avons accompagnés dans la mise en œuvre de plusieurs projets visant à améliorer la situation des femmes à travers leur insertion économique et sociale. Beaucoup d’entre elles ont ainsi bénéficié de formations et/ou ont créé leur propre activité génératrice de revenus.

Avec nos partenaires, nous nous concentrons à présent sur la formalisation de ces micro-entreprises grâce à la mise en place d’entreprises collectives. Ainsi regroupées, les entrepreneur.e.s pourront mutualiser des ressources, assurer la pérennité de leurs activités et bénéficier d’avantages sociaux tels que la protection sociale. En parallèle, une démarche de recherche-action contribuera à valoriser auprès des pouvoirs publics et des organismes financiers la pertinence de ce dispositif d’accompagnement du micro-entrepreunariat.

Partenaires et financeurs

Fiche projet

FORM’Algérie

Renforcer les compétences des associations algériennes

Pendant la décennie noire qu’a connue l’Algérie (années 90), le mouvement associatif était très fragilisé. Depuis maintenant une dizaine d’années, les associations font de nouveau entendre leur voix et beaucoup d’autres se sont créées dans le champ de l’action sociale. L’urgence du terrain rend leurs actions indispensables, mais souvent peu viables puisqu’elles dépendent de la mobilisation des bénévoles et d’autres ressources nécessaires à leur ancrage.

Dans le cadre de FORM’Algérie, nous proposons des formations destinées aux organisations de la société civile. Durant la première phase du projet, un pool de jeunes cadres associatifs a acquis les bases du métier de formateurs. Ils sont aujourd’hui capables de renforcer à leur tour d’autres associations sur leur territoire respectif (Adrar, Alger, Akbou, Constantine, El Oued et Oran).

Terminé en février 2016, le projet se poursuit aujourd’hui à travers le programme SAARA qui s’appuie sur les savoirs et les expériences de FORM’Algérie.

Ressources

Partenaires et financeurs

INNOV'Asso

Encourager les jeunes vers les métiers du secteur associatif

En Algérie, les 18-35 ans, qui représentent 70% de la population, sont nettement plus frappés par le chômage que leurs aînés. Près d’un.e jeune sur quatre n’a pas d’emploi alors que le taux de chômage, ramené à l’ensemble de la population active, est de 10%. La précarité et l’économie informelle s’enracinent tandis que le potentiel pour l’insertion professionnelle que représente le secteur associatif reste méconnu ou sous-estimé par les jeunes algérien.ne.s.

Travailler au sein d’une association requiert pourtant de nombreuses compétences (gestion administrative et financière, coordination de projets, animation et médiation socio-éducative…) qu’il est possible d’exprimer dans des secteurs très variés comme les énergies renouvelables, la formation professionnelle, le numérique, le tourisme, les sports et loisirs ou encore la santé. Ciblés par le gouvernement Algérien comme des secteurs prioritaires pour l’emploi, ces domaines sont justement ceux dans lesquels s’illustrent de nombreuses associations algériennes.

En partenariat avec le GRDR et deux organisations locales, nous travaillons depuis 2016 au soutien à des initiatives locales à Oran et Khenchela, ainsi qu’à l’élaboration d’un référentiel des métiers associatifs et d’un répertoire des associations. Cette démarche a pour objectif de clarifier les débouchés professionnels que propose le tissu associatif et d’en valoriser les métiers auprès des jeunes et des acteurs de l'emploi algériens.

Partenaires et financeurs

INSER.ECO.Net (2011-2013)

Programme d’insertion économique par les NTIC - Maroc/Tunisie

Les mouvements du printemps arabe ont montré que l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont un formidable levier de mobilisation sociale dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée. Pour autant, l’accès à ces NTIC n’est pas assuré dans les quartiers défavorisés et les zones rurales et/reculées.

En partenariat avec PlaNet Finance (Maroc) et l’UTSS (Tunisie), nous avons lancé en 2011 le projet INSER.ECO.Net dans le but de lutter contre la pauvreté et de favoriser l’insertion professionnelle des populations fragilisées, via l’utilisation des NTIC. Appréhender comme un outil de gestion des activités génératrices de revenus et/ou comme compétences, l’idée était de favoriser l’accès à l’information et à l’embauche.

Le projet INSER.ECO.Net a ainsi permis de promouvoir le tourisme rural et d’aider les micro-entrepreneur.e.s à commercialiser leurs produits, grâce à la création de sites internet et à la mise en ligne de modules de formation à destination des jeunes.

Anima (2002-2007)

Former à l'accompagnement social

Suite aux attaques terroristes subies par l’Algérie dans les années 90, sa population a été fortement marquée et déstabilisée. Trois associations locales : la SARP (Société Algérienne de Recherche en Psychologie), Bnet Fatma N’Soumer et SOS Femmes en détresse se sont mobilisées autour de la création d’un dispositif d’aide à la réinsertion sociale des femmes algériennes victimes de violences terroristes. Basée en France et en Algérie, l’association CLEF a également participé au développement des activités suivantes : soins et accompagnement médico-psychologique, appui juridique, formation et accompagnement vers l’emploi.

Dans ce projet, notre mobilisation s’est traduite par le développement et la mise en œuvre d’un programme de formations des cadres associatifs algériens, la réalisation d’un guide d’aide à la recherche de financements pour ces derniers et un appui technique dans l’évaluation des résultats.

Anima a permis à 547 femmes d’améliorer leur situation, via une meilleure insertion économique, la prise de conscience de leurs droits, mais aussi par la prise en charge et la verbalisation de leur souffrance.

Programme d'émancipation des femmes en Méditerranée (2006-2016)

Donner aux femmes méditerranéennes les moyens d’entreprendre

Depuis 2006, nous avons entrepris avec nos partenaires méditerranéens (Egypte, Maroc, Algérie, Liban et Tunisie) des actions de formation et de conseil à destination de femmes bénéficiant de micro-crédits, afin de les aider à mieux gérer leur activité économique.

Le projet FEM (Femmes Entrepreneuses en Méditerranée) a d’abord permis de d’identifier des secteurs d’activité porteurs dans chaque pays cible et de constater les besoins. Des services d’appui non-financiers, tels que des formations en gestion d’entreprise ou en comptabilité, ont contribué à renforcer les capacités des femmes souhaitant développer leur micro-entreprise. En parallèle, nous avons également animé des séances de sensibilisation pour qu’elles aient connaissance de leurs droits (santé, éducation, etc.) et qu’elles puissent les faire-valoir.

3 forums (Tunis – 2006, Caire – 2007 et Casablanca - 2008) se sont succédés et ont ainsi permis à 200 micro-entrepreneuses de se rencontrer, d’échanger sur leurs expériences et de nouer des relations commerciales. Cette mise en réseau s’est avérée très bénéfique, ce qui nous a conduit à organiser en 2008, à Strasbourg cette fois, le premier salon euro-méditerranéen de la micro-entreprise féminine.

L’année suivante, un groupe de micro-entrepreneuses a été accompagné dans la création d’une coopérative de textile équitable. Ainsi regroupées au sein d’une même entité juridique, les femmes disposaient d’une plus grande capacité de production et pouvaient mobiliser les moyens suffisants pour professionnaliser leur activité.

Forts de ses projets d’entrepreneuriat féminins en Méditerranée, nous avons décidé en 2011 de poursuivre nos actions en ce sens avec nos partenaires dans le cadre du projet GEPE (Genre et Economies Pluri’Elles). Le but consistait à proposer aux femmes sans emploi des formations dans des secteurs réservés traditionnellement aux hommes (téléphonie, mécanique, bâtiment…). Une sensibilisation importante sur les stéréotypes de genre a été nécessaire auprès de l’entourage et des entreprises locales.

Par la suite, notre démarche auprès des micro-entrepreneuses a continué dans le cadre du projet SAWA (Supportive Action for Women of Arabic world) lancé en 2013. L’objectif de sensibilisation portait désormais au niveau des institutions locales et des acteurs privés (entreprises) que nous souhaitions impliquer davantage. Là aussi, un travail de sensibilisation a été entrepris auprès d’eux, les incitant à améliorer l’accès au crédit, à l’emploi et à la formation et à renforcer la représentation des femmes dans les processus de prise de décision au niveau économique.

Tout au long des ces différentes phases d’action, nous accompagnons les associations locales dans le renforcement de leur compétences et de leur capacités par des formations, des échanges de pratiques, un accompagnement individualisé.

Devenu un véritable programme d’émancipation des femmes en Méditerranée au fil du temps, nos actions continuent aujourd’hui avec le projet COOPAEM.

Appui à la création d’activités à Figuig – Maroc (2002-2007)

Soutenir les porteur.se.s de projets économiques

Suite à la fermeture de la frontière avec l’Algérie à la fin des années 1970, la ville de Figuig, jusqu’alors véritable carrefour commercial, connaissait depuis une grave crise économique. Faute d’opportunités professionnelles, les jeunes partaient pour les grandes villes marocaines, voire même à l’étranger, notamment en Seine-Saint-Denis (France).

Afin d’enrayer ce processus, il était nécessaire de développer le potentiel économique local. Nous avons réalisé un diagnostic des besoins des porteur.se.s de projet en 2003, à partir duquel un dispositif d’appui à la création d’activités a été créé. Ce dernier s’inscrivait dans le cadre d’une convention de coopération entre le Conseil Général de Seine-Saint-Denis et la Mairie de Figuig.

Nous avons ensuite conçu l’architecture du dispositif d’appui, dont la première phase a été mise en œuvre par l’AJED (Association des Jeunes Entrepreneurs pour le Développement) basée à Oujda. Dans la perspective d’une pérennisation de ce dispositif, nous avons finalement conduit une évaluation de cette expérience en 2006.

Renforcement des services d'Enda interarabe – Tunisie (2004-2005)

Pérenniser l'activité des micro-entrepreneuses méditerranéennes

Basée en Tunisie, Enda interarabe est une institution de microfinance qui permet à des personnes très pauvres, majoritairement des femmes, d’accéder à des microcrédits. Cela leur facilite le lancement d’activités productives ou génératrices de revenus, tout en leur proposant un ensemble de services non-financiers ou d’appui technique.

Initié en 2004, notre partenariat avec Enda interarabe consistait à renforcer l’offre de services non-financiers (formations, conseils…) proposés aux micro-entrepreneuses, afin qu’elles puissent faire prospérer leur activité et la faire perdurer.

Suite à ce travail, nous avons décidé de poursuivre notre démarche auprès des femmes via la création en 2005 d’un dispositif régional de renforcement des capacités des micro-entrepreneuses : FEM - Femmes Entrepreneuses en Méditerranée.

(Voir le projet "Programme d'émancipation des femmes en Méditerranée")

INSER.ECO.Net (2011-2013)

Programme d’insertion économique par les NTIC - Maroc/Tunisie

Les mouvements du printemps arabe ont montré que l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont un formidable levier de mobilisation sociale dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée. Pour autant, l’accès à ces NTIC n’est pas assuré dans les quartiers défavorisés et les zones rurales et/reculées.

En partenariat avec PlaNet Finance (Maroc) et l’UTSS (Tunisie), nous avons lancé en 2011 le projet INSER.ECO.Net dans le but de lutter contre la pauvreté et de favoriser l’insertion professionnelle des populations fragilisées, via l’utilisation des NTIC. Appréhender comme un outil de gestion des activités génératrices de revenus et/ou comme compétences, l’idée était de favoriser l’accès à l’information et à l’embauche.

Le projet INSER.ECO.Net a ainsi permis de promouvoir le tourisme rural et d’aider les micro-entrepreneur.e.s à commercialiser leurs produits, grâce à la création de sites internet et à la mise en ligne de modules de formation à destination des jeunes.

Partenaires et financeurs

Anima (2002-2007)

Former à l'accompagnement social

Suite aux attaques terroristes subies par l’Algérie dans les années 90, sa population a été fortement marquée et déstabilisée. Trois associations locales : la SARP (Société Algérienne de Recherche en Psychologie), Bnet Fatma N’Soumer et SOS Femmes en détresse se sont mobilisées autour de la création d’un dispositif d’aide à la réinsertion sociale des femmes algériennes victimes de violences terroristes. Basée en France et en Algérie, l’association CLEF a également participé au développement des activités suivantes : soins et accompagnement médico-psychologique, appui juridique, formation et accompagnement vers l’emploi.

Dans ce projet, notre mobilisation s’est traduite par le développement et la mise en œuvre d’un programme de formations des cadres associatifs algériens, la réalisation d’un guide d’aide à la recherche de financements pour ces derniers et un appui technique dans l’évaluation des résultats.

Anima a permis à 547 femmes d’améliorer leur situation, via une meilleure insertion économique, la prise de conscience de leurs droits, mais aussi par la prise en charge et la verbalisation de leur souffrance.

Ressources

Partenaires et financeurs

Programme d'émancipation des femmes en Méditerranée (2006-2016)

Donner aux femmes méditerranéennes les moyens d’entreprendre

Depuis 2006, nous avons entrepris avec nos partenaires méditerranéens (Egypte, Maroc, Algérie, Liban et Tunisie) des actions de formation et de conseil à destination de femmes bénéficiant de micro-crédits, afin de les aider à mieux gérer leur activité économique.

Le projet FEM (Femmes Entrepreneuses en Méditerranée) a d’abord permis de d’identifier des secteurs d’activité porteurs dans chaque pays cible et de constater les besoins. Des services d’appui non-financiers, tels que des formations en gestion d’entreprise ou en comptabilité, ont contribué à renforcer les capacités des femmes souhaitant développer leur micro-entreprise. En parallèle, nous avons également animé des séances de sensibilisation pour qu’elles aient connaissance de leurs droits (santé, éducation, etc.) et qu’elles puissent les faire-valoir.

3 forums (Tunis – 2006, Caire – 2007 et Casablanca - 2008) se sont succédés et ont ainsi permis à 200 micro-entrepreneuses de se rencontrer, d’échanger sur leurs expériences et de nouer des relations commerciales. Cette mise en réseau s’est avérée très bénéfique, ce qui nous a conduit à organiser en 2008, à Strasbourg cette fois, le premier salon euro-méditerranéen de la micro-entreprise féminine.

L’année suivante, un groupe de micro-entrepreneuses a été accompagné dans la création d’une coopérative de textile équitable. Ainsi regroupées au sein d’une même entité juridique, les femmes disposaient d’une plus grande capacité de production et pouvaient mobiliser les moyens suffisants pour professionnaliser leur activité.

Forts de ses projets d’entrepreneuriat féminins en Méditerranée, nous avons décidé en 2011 de poursuivre nos actions en ce sens avec nos partenaires dans le cadre du projet GEPE (Genre et Economies Pluri’Elles). Le but consistait à proposer aux femmes sans emploi des formations dans des secteurs réservés traditionnellement aux hommes (téléphonie, mécanique, bâtiment…). Une sensibilisation importante sur les stéréotypes de genre a été nécessaire auprès de l’entourage et des entreprises locales.

Par la suite, notre démarche auprès des micro-entrepreneuses a continué dans le cadre du projet SAWA (Supportive Action for Women of Arabic world) lancé en 2013. L’objectif de sensibilisation portait désormais au niveau des institutions locales et des acteurs privés (entreprises) que nous souhaitions impliquer davantage. Là aussi, un travail de sensibilisation a été entrepris auprès d’eux, les incitant à améliorer l’accès au crédit, à l’emploi et à la formation et à renforcer la représentation des femmes dans les processus de prise de décision au niveau économique.

Tout au long des ces différentes phases d’action, nous accompagnons les associations locales dans le renforcement de leur compétences et de leur capacités par des formations, des échanges de pratiques, un accompagnement individualisé.

Devenu un véritable programme d’émancipation des femmes en Méditerranée au fil du temps, nos actions continuent aujourd’hui avec le projet COOPAEM.

Ressources

Partenaires et financeurs

Appui à la création d’activités à Figuig – Maroc (2002-2007)

Soutenir les porteur.se.s de projets économiques

Suite à la fermeture de la frontière avec l’Algérie à la fin des années 1970, la ville de Figuig, jusqu’alors véritable carrefour commercial, connaissait depuis une grave crise économique. Faute d’opportunités professionnelles, les jeunes partaient pour les grandes villes marocaines, voire même à l’étranger, notamment en Seine-Saint-Denis (France).

Afin d’enrayer ce processus, il était nécessaire de développer le potentiel économique local. Nous avons réalisé un diagnostic des besoins des porteur.se.s de projet en 2003, à partir duquel un dispositif d’appui à la création d’activités a été créé. Ce dernier s’inscrivait dans le cadre d’une convention de coopération entre le Conseil Général de Seine-Saint-Denis et la Mairie de Figuig.

Nous avons ensuite conçu l’architecture du dispositif d’appui, dont la première phase a été mise en œuvre par l’AJED (Association des Jeunes Entrepreneurs pour le Développement) basée à Oujda. Dans la perspective d’une pérennisation de ce dispositif, nous avons finalement conduit une évaluation de cette expérience en 2006.

Partenaires et financeurs

Renforcement des services d'Enda interarabe – Tunisie (2004-2005)

Pérenniser l'activité des micro-entrepreneuses méditerranéennes

Basée en Tunisie, Enda interarabe est une institution de microfinance qui permet à des personnes très pauvres, majoritairement des femmes, d’accéder à des microcrédits. Cela leur facilite le lancement d’activités productives ou génératrices de revenus, tout en leur proposant un ensemble de services non-financiers ou d’appui technique.

Initié en 2004, notre partenariat avec Enda interarabe consistait à renforcer l’offre de services non-financiers (formations, conseils…) proposés aux micro-entrepreneuses, afin qu’elles puissent faire prospérer leur activité et la faire perdurer.

Suite à ce travail, nous avons décidé de poursuivre notre démarche auprès des femmes via la création en 2005 d’un dispositif régional de renforcement des capacités des micro-entrepreneuses : FEM - Femmes Entrepreneuses en Méditerranée.

(Voir le projet "Programme d'émancipation des femmes en Méditerranée")

Partenaires et financeurs